Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 15:04

Je donne des cours à des étudiants en 2ème année d'IUT, et également à des étudiants de 2ème année d'école d'ingénieurs.

Ce ne sont pas des établissements de grande renommée, surtout en ce qui concerne l'école d'ingénieurs. Les deux cursus sont "cousins" (à savoir que les cours ont lieu sur le même centre, et qu'un tiers au moins des diplômés de l'IUT poursuit dans l'école d'ingénieurs).

 

Il se trouve que ce sont des cours "d'introduction" sur un sujet qui n'est pas forcément au coeur du diplôme et jamais vraiment abordé avant, donc il y a des similitudes assez fortes entre les deux cours, même si celui d'école d'ingénieurs est un poil plus poussé (ne serait-ce que parce qu'il y a environ deux fois plus d'heures). Bref, ça ne casse pas des briques... 

Le cours est accompagné dans les deux cas d'une douzaine d'heures de travaux pratiques.

 

Eh bien, je m'étonne de constater qu'à tous points de vue, les élèves d'IUT sont meilleurs que les élèves ingénieurs:

- sur le plan "théorique", ce n'est globalement pas fameux, mais on peut plus facilement faire appel à des acquis passés (type "chimie de lycée") pour les élèves d'IUT que les pour les futurs ingénieurs. Il me semble aussi que les bac+2 font preuve d'un peu plus de "curiosité intellectuelle" que leurs grands frères un poil lobotomisés.

- sur le plan pratique, là aussi il n'y a pas photo, les élèves d'IUT étant conformes à leur réputation de "débrouillards", habitués à maniper et à prendre l'initiative facilement une fois qu'on leur a expliqué le truc. Alors que les élèves ingénieurs ont souvent un baobab dans la main, n'écoutent et donc ne mémorisent absolument rien, ce qui fait qu'il faut les surveiller en permanence et leur réexpliquer trois fois les choses les plus simples.

 

 

Quelques bases de réflexion pour expliquer ce qui ne semble pas relever de l'évidence:

- les élèves d'IUT ne sont pas encore complètement blasés par les études.

- (liée à la précédente) les élèves ingénieurs arrivés en 2ème année savent qu'à moins de vraiment abuser, ils auront leur diplôme. On est un peu dans le phénomène de "décompression" que mes profs ont probablement ressenti à mon égard à l'époque où j'étais élève ingénieur et qui est assez général (même si ces élèves là ne sont pas passées par les 3 années un peu abrutissantes et éreintantes de la prépa). Toutefois, les cours d'IUT ont lieu en juin de la 2ème année, donc ces élèves là aussi savent qu'ils iront au bout...

- un phénomène du type "nez dans le guidon" qui frapperait les élèves ingénieurs, les rendant insensibles à tout ce qui ne relève pas de l'"utilitaire immédiat", les élèves d'IUT pouvant encore apprécier d'"apprendre" des choses même s'ils s'imaginent qu'elles ne leur sont pas d'une utilité folle.

- on peut aussi invoquer d'éventuels "effets de compensation" qui deviennent de plus en plus fréquents en écoles d'ingénieurs, qui font que l'élève "moyen" visera le 7 à une matière qui l'emmerde parce qu'il sait que s'il a 14 dans la matière pipot d'à côté, type "soutenance d'émerveillement de la découverte de l'entreprise" ou "notions de management pour le conflit relationnel dans un cadre de travail", et qui n'existeraient pas autant à l'IUT. Il faudrait que je me renseigne... en tout cas il est clair qu'un certain nombre de mes élèves ingénieurs vise le 7 et non plus le 10, ce qui n'améliore pas ma moyenne d'exams...

 

L'an prochain, je croiserai pour la première fois en école d'ingénieurs des élèves que j'aurais eu en IUT: ça sera l'occasion de voir s'ils sont devenus plus nuls avec le temps, et d'affiner mes théories...

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans L'enseignement
commenter cet article

commentaires

mixlamalice 25/06/2012 15:55


Je regrette un peu ce que j'ai dit car ces petits c... pardon anges m'en ont fait baver, à devoir leur courir après pour obtenir des comptes-rendus de TP indigents, et à les voir se barrer
au bout d'1h sur 3 d'exam.


Cela dit, l'emploi du temps ne me semble pas optimisé, j'étais un peu dans la position du prof de collège qui fait un contrôle quand le conseil de classe est déjà passé...

Guils 20/06/2012 23:09


Note : J'aime bien tes #phrases qui rendent fou, tu pourras faire un best-of? "Monsieur qu'est-ce-qu'il y aura à l'examen?"


"Pour signer la cotutelle nous avons besoin de connaître la date de soutenance exacte en 2015 et la composition du jury"

mixlamalice 21/06/2012 09:35



Oui, ça pourrait être un sujet d'article, il faudrait que je les note.



Guils 20/06/2012 22:54


"ce qui n'améliore pas ma moyenne d'exams"


Les profs sont évalués sur leur moyenne d'exam? C'est pas une incitation au laxisme?

mixlamalice 21/06/2012 09:34



Non, je me suis mal exprimé, c'est "la moyenne des élèves aux exams que je donne" qui ne s'améliore pas.


L'évaluation des profs est encore assez sommaire en France, quand elle existe: dans certains cours où j'interviens, j'ai bien vu qu'on  demandait leur avis aux élèves et que c'était lu en
réunion d'enseignement mais ça ne va pas beaucoup plus loin et ça ne sort pas trop de "ils trouvent ça trop dur". De toute façon, si la commission des titres d'ingénieur ou autre a dit qu'il
fallait faire un cours sur le sujet donné et qu'il n'y a qu'un prof qui peut le faire "facilement" (par facilement j'entends aussi administrativement, à savoir sans avoir besoin de faire une
convention ou autre), la pression est assez minime... (ce qui n'est pas forcément une bonne chose, je le reconnais)